AGENDA :

CHASSE WEB TV MENSUELLE

Derniere recette

Recette : les Atriaux

www.chassenaturealpes.fr vous présente une recette d'atriaux de gibier selon le chef étoilé
 Stephane Decotterd :" Aujourd'hui je souhaite vous faire partager ma passion pour la cuisine et vous faire découvrir le microcosme autour d'un Restaurant Etoilé. Anecdotes, produits de saisons, recettes, bref les coulisses du Pont-de-Brent !"

Lire la suite...

Dernieres photos :

DE LA TERRE AU PALAIS

Vous avez les fruits, nous avons le materiel, cliquez sur les pommes !

Chiens : coup de chaleur

Source : www.noschasses.fr

En été le chien doit faire face à un véritable danger : Le coup de chaleur ! C'est à son maitre de le lui éviter !

Le coup de chaleur est un œdème cérébral dû à une perturbation des mécanismes de
thermorégulation entrainant un taux de mortalité très élevé.

 

Qu'ils soient oubliés dans un véhicule en plein « cagnard » ou soumis à des efforts violents par des températures extérieures élevées, les chiens de chasse sont particulièrement exposés à ce type d'accident surtout en période estivale

Pour comprendre le mécanisme de cette réaction corporelle qui peut s'avérer fatale, nous avons interrogé Jacques Pérochon, docteur vétérinaire à Pleumartin dans la Vienne :

1) Docteur, pouvez vous nous expliquer de façon précise ce qu'est un coup de chaleur ?

C'est la perte de contrôle du maintien de la température interne. La température corporelle augmente au dessus de 41°C, le chien hyper-ventile puis présente éventuellement des troubles nerveux centraux liés à l'œdème cérébral (état ébrieux, convulsions). Cela arrive souvent quand le chien reste enfermé même quelques minutes à l'intérieur d'un véhicule en pleine chaleur.

Il ne faut pas confondre le coup de chaleur avec les myoglobinuries (présence de sang dans les urines) d'effort apparaissant souvent sur des chiens mal préparés, avec un défaut d'abreuvement, les premiers jours de chasse en période estivale. Le chien va alors « décrocher » et présenter des « pissements de sang ».

2) Quels facteurs favorisent son déclenchement ?

Ils sont liés à la pathogénie et à l'espèce canine qui peut ne peut éliminer de la chaleur qu'en ventilant (seuls les coussinets transpirent chez le chien). Si l'environnement est chaud et clos, il ne peut éliminer des calories et sa température peut augmenter très vite. En milieu ouvert c'est beaucoup plus rare, même en action de chasse, mais ça peut arriver. Les animaux âgés, insuffisants cardiaque ou respiratoire sont plus sensibles.

3) Comment éviter à nos chiens ce fameux coup de chaleur ?

C'est le bon sens qui dicte de ne pas enfermer un chien (ou un enfant) dans un véhicule au soleil. En action de chasse, la prévention tient essentiellement :

- Dans un entraînement progressif estival

- Dans un abreuvement frais, la possibilité de bain sur le parcours de chasse grâce à des mares, étangs, ruisseaux, bassins disposés (je conseille de disposer des bassins à vache au bord de chaque enceinte)

- Dans une bonne alimentation (antioxydants, vitamine E) mais pas de surpoids

- En évitant les heures les plus chaudes qui sont de toute façon les moins propices à la quête

4) Comment reconnaître rapidement un coup de chaleur ?

Prise de température rectale, observation de polypnée (augmentation de la fréquence respiratoire, avec diminution du volume courant. La ventilation est rapide et superficielle). Sur le terrain c'est le comportement de l'animal qui devra vous alerter : regard hébété, chien qui ne peut plus avancer, voire qui ne tient plus debout.

5) Que faire sur le terrain, quel est le traitement ?

Il faut refroidir, donc transporter le chien au plus vite et l'arroser ou mieux le baigner, le faire boire si c'est possible. Par contre il faut arrêter le bain quand la température est redevenue normale. Une consultation chez le vétérinaire est préconisée même si le chien se sent mieux.

6) Quelles peuvent être les conséquences d'un coup de chaleur ?

La récupération doit être rapide. L'apparition de troubles nerveux centraux nécessite une prise en charge vétérinaire pour lutter contre l'œdème cérébral (perfusion, antioedémateux tels que cortisone, mannitol...) En général l'issue est favorable sans séquelles, ou fatale. Dans certains cas des troubles de la coagulation peuvent noircir une évolution qui pourrait paraître favorable.

 

Source et remerciements : www.noschasses.fr