AGENDA :

CHASSE WEB TV MENSUELLE

Derniere recette

Recette : les Atriaux

www.chassenaturealpes.fr vous présente une recette d'atriaux de gibier selon le chef étoilé
 Stephane Decotterd :" Aujourd'hui je souhaite vous faire partager ma passion pour la cuisine et vous faire découvrir le microcosme autour d'un Restaurant Etoilé. Anecdotes, produits de saisons, recettes, bref les coulisses du Pont-de-Brent !"

Lire la suite...

Dernieres photos :

DE LA TERRE AU PALAIS

Vous avez les fruits, nous avons le materiel, cliquez sur les pommes !

La vie des animaux en aout

La marmotte des Alpes

Timides, prudentes, les marmottes se préviennent d'un danger imminent par des aboiements proches en sonorité du sifflement et qui sont audibles jusqu'à plusieurs kilomètres. Leurs prédateurs sont l'aigle royal suivi par le renard.

 

L'habitat idéal des marmottes est un terrain meuble où creuser un terrier, à proximité d'un herbage bien fourni et ensoleillé, avec une vue bien dégagée pour surveiller l'arrivée de prédateurs. Elles évitent les ubacs et préfèrent les adrets dénudés, où des zones herbeuses alternent avec des zones rocailleuses.

Les marmottes creusent de longues galeries très ramifiées dans lesquelles elles peuvent hiberner jusqu'à 6 mois. Les accouplements ont lieu en avril-mai et la gestation dure 5 semaines. Une portée comporte de 2 à 7 jeunes et l'allaitement dure un mois. Au mois d'août vous pouvez observer les petits de l'année, ils sortent du terriers pour découvrir leur habitat et bien entendu pour se nourrir. Très méfiants, leur observation doit se faire de loin afin de mettre toutes les chances de votre côté pour les apercevoir. Les familles se nourrissent d'herbe, de graines et de feuilles. Fin septembre, elles retrouvent leur terrier, qu'elles barricadent avec de l'herbe, de la terre et des pierres, pour vivre la période froide au ralenti. Alors leur rythme cardiaque peut être divisé par 7 ou 8, et leur long sommeil entrecoupé d'une douzaine de petites phases de réveil. À la sortie de l'hibernation, les marmottes peuvent avoir perdu jusqu'à la moitié de leur masse corporelle.

L'hibernation sociale (en groupe familiaux, dans l' hibernaculum, avec des individus âgés plus expérimentés), étudiée chez Marmota marmota, si elle est un facteur de risque éco-épidémiologique à cause de la promiscuité, semble être aussi un facteur de survie hivernale[1], que les marmottes auraient pu acquérir par sélection naturelle.